Risque rénal

  • Bilan : calcul du DFG, protéinurie, ratio albuminurie/ créatinurie sur échantillon (+ phosphorémie et glycosurie si  Ténofovir).
  • Fréquence : x 1 par an ; sauf si 2 facteurs de risque rénal alors x 2 par an.
  • Néphrotoxiques : Ténofovir, AINS...

La fréquence de la maladie rénale chronique est 5 à 10 fois supérieure chez les patients vivants avec le VIH (PVVIH) par rapport à la population générale. Elle est liée aux comorbidités associées, au vieillissement de la population ainsi qu'à l’exposition cumulée et prolongée à certains antirétroviraux (ARV).

annexes-blue

Annexes

fiches-liees

Fiches liées

sources-blue

Sources

Date de dernière modification : 22 novembre 2018